Les relations du travail au Québec
Des témoins tracent la ligne du temps

1966

Grève générale dans les hôpitaux

À l'été 1966, les syndiqués de quelque 130 hôpitaux coordonnent une grève générale. Les établissements de santé sont placés sous tutelle et ce conflit débouche sur la première convention collective de portée nationale.

  • + Description

    En 1966, la façon de négocier dans le domaine de la santé est bouleversée. Auparavant, les pourparlers s'effectuaient établissement par établissement. Les conditions de travail variaient beaucoup entre une région et une autre, entre le privé et le public. Ce modèle est bousculé. À la fin du mois de juin, la Fédération nationale des services (FNS), affiliée à la CSN, soumet  au vote un mandat de grève à ses membres, pour la première fois à l'échelle provinciale. 92 % d'entre eux appuient le moyen de pression, las de voir les négociations piétiner. Le litige se noue autour des questions de salaires, de liberté d'action syndicale, de transferts et de promotions selon l'ancienneté. Le 13 juillet, le gouvernement nomme Yves Pratte comme médiateur. Trop peu, trop tard. Le 15 juillet, 32 500 employés de plus de 139 hôpitaux amorcent un débrayage.

    Après avoir tenté, sans succès, de convaincre les administrations hospitalières d'entériner les recommandations de M. Pratte acceptées par les syndicats, le premier ministre Daniel Johnson place les hôpitaux sous tutelle. Yves Pratte est nommé comme tuteur et il relance les négociations avec l'objectif de les mener à terme. Les syndiqués n'obtiennent pas tout à fait la parité, car la menace d'une loi spéciale les incite à faire des concessions. Ils arrachent tout de même des congés de maladie, la formule Rand et la promotion selon l'ancienneté. Surtout, ils gagnent ce à quoi les administrateurs étaient farouchement fermés, soit un bureau pour les syndicats et des libérations avec solde pour les agents et délégués syndicaux. La première convention collective de portée nationale dans l'histoire du Québec est signée et les employés reprennent le travail le 4 août. Ce conflit de travail sensibilise la population aux conditions de travail dans un secteur encore associé à la charité et pose un nouveau jalon dans la nationalisation des hôpitaux et du système de santé.

  • + Partager