Les relations du travail au Québec
Des témoins tracent la ligne du temps

1957

Grève des mineurs à Murdochville

En 1957, la grève illégale des mineurs de la Gaspé Copper Mines, filiale de la compagnie Noranda, dégénère et dure sept mois. La première grande bataille d’une FTQ fusionnée consiste en une lutte pour la reconnaissance syndicale.

  • + Intervenant
  • + Description

    En 1956, libres de choisir leur allégeance syndicale, 90 % des travailleurs de la Gaspé Copper Mines, filiale de la compagnie Noranda, votent pour s'affilier au syndicat des Métallurgistes unis d'Amérique (les Métallos). L'entreprise ne l'accepte pas. La demande en accréditation est effectuée auprès de la Commission de relations ouvrières (CRO), mais la compagnie court-circuite la démarche en allant devant les tribunaux. Elle réussit à obtenir un bref de prohibition de la Cour supérieure, prétextant que certaines formalités n'auraient pas été respectées. 

    Pendant que les procédures sont suspendues, la Noranda Mines intimide, rétrograde ou abaisse les salaires des travailleurs impliqués dans le syndicat. Le 8 mars 1957, elle met le feu aux poudres en congédiant le président du syndicat, Théo Gagné. Le 11 mars, près de 1 000 travailleurs amorcent une grève. Celle-ci est déclarée illégale, puisque la CRO ne peut toujours pas octroyer l’accréditation au syndicat. Des briseurs de grève sont engagés et la ville de Murdochville devient le théâtre de violents affrontements. La FTQ, le CTC et la CTCC apportent leur soutien aux grévistes.

    Le 19 août, une grande marche est organisée à Murdochville. Le 2 septembre, une importante manifestation se déroule devant l'Assemblée nationale. Le gouvernement ne veut réagir en raison du caractère illégal de la grève. À la fin de septembre, la Cour supérieure déboute la Noranda Mines dans sa requête. La grève prend fin le 7 octobre, mais les travailleurs ont perdu sur toute la ligne. La compagnie réembauche seulement 200 employés à qui elle baisse le salaire, conservant près de 800 briseurs de grève à son activité. L'entreprise crée un syndicat boutique pour évincer les Métallos et poursuit ensuite ces derniers pour dommages et perte de production. Plus tard, Paul Sauvé, prenant la tête de l’État après le décès de Maurice Duplessis en 1959, légiférera sur les congédiements et sanctions pour activités syndicales, tout en s’engageant dans une réforme de la Commission de relations ouvrières. Les Métallos obtiendront finalement leur accréditation pour la Gaspé Copper Mines en 1965.

  • + Partager