Les relations du travail au Québec
Des témoins tracent la ligne du temps

1952

Grève chez Dupuis Frères

En 1952, la célèbre enseigne de la rue Sainte-Catherine est le théâtre d'une tumultueuse grève où la CTCC affronte un grand employeur
canadien-français. Ce conflit de travail se conclut par une éclatante victoire syndicale, fait rare à cette époque.

  • + Description

    Depuis 1919, une association de travailleurs entretient de bonnes relations avec la direction de l'entreprise Dupuis Frères, fleuron canadien-français dans la vente au détail à Montréal. Mais au début des années 1950, les relations de travail se corsent. L'arrivée dans l'administration de Roland Chagnon, nouveau directeur du magasin de la rue Sainte-Catherine Est, semble en être l'une des causes. Entreprenant de moderniser l'image de marque et la gestion de l'entreprise, M. Chagnon se dit prêt à mettre à la porte une centaine d'employés. En 1951, le syndicat obtient son accréditation de la Commission de relations ouvrières.

    La première négociation de convention collective, puis l'arbitrage, débouchent sur une impasse. Le 1er mai 1952, plus de 1 000 employés de magasin et 200 employés au service de vente par catalogue votent pour un débrayage. La plupart des grévistes sont des femmes et leur implication militante devient notoire. Pour continuer ses activités, Dupuis Frères engage des briseurs de grève, offre des rabais à la clientèle et instaure un modèle de magasinage libre-service. Les travailleurs répliquent, entre autres, en libérant souris, abeilles et grenouilles dans le magasin. Le célèbre boxeur Joe Louis, devant faire une apparition publique chez Dupuis Frères, refuse de traverser le piquet de grève.

    Rythmée par les actes de vandalisme, des vitrines fracassées et l'intimidation d'un côté, puis par la brutalité policière et les arrestations de l'autre, la grève perdure pendant près de trois mois. Inquiet que l’image du magasin soit ternie à long terme, la direction de Dupuis Frères reprend les négociations. Roland Chagnon est congédié et les employés obtiennent la formule Rand, une hausse salariale de plus de 4 $ par semaine, la semaine de 40 heures ainsi que des congés payés. Malgré tout, la réputation de cette institution populaire perdra de son lustre après ces événements.

  • + Partager